bookmark_borderLucero Cumpa, symbole de la résistance des femmes péruviennes

LE GRAND SOIR

Lucero Cumpa Liberté !

Étant donné qu’il est important d’écouter les voix silencieuses des Péruviens qui souhaitent contribuer au chemin d’un Pérou Digne et Souverain, je me présente.

Je suis María Lucero Cumpa Miranda, je suis emprisonnée depuis plus de vingt ans. En tant que femme péruvienne, j’ai nourri mon esprit et ma raison avec la jeunesse de mon temps, dans l’idéologie transformatrice et révolutionnaire de la société, avec une génération qui a assumé un rôle militant dans la politique péruvienne, dans laquelle les peuples latino-américains ont participé pour le bien commun.

Le peuple péruvien, auquel j’appartiens, est blessé à cause de la violence politique des années 80 et 90. Pardonner est un acte humain, nous appartenons à une communauté sociale et familiale. Face à une erreur, il est digne et courageux de demander pardon, et digne davantage de l’accorder. Perdonner n’est possible que s’il existe une compréhension et une capacité d’aimer. Je me suis excusée auprès de mes enfants, de ma famille et de la société, et je l’ai fait également lors de mon procès dans lequel j’ai été condamné à 30 ans d’emprisonnement. Il est nécessaire de nous engager pour guérir ces blessures et rétablir les liens familiaux et sociaux, rétablir les liens avec la population par des actes qui démontrent notre volonté et notre volonté de réparer les dommages.

En Amérique latine, beaucoup sont ceux qui ont pris les armes dans leurs pays, au Salvador, Nicaragua, Guatemala, Uruguay, Brésil, Colombie, Chili, Bolivie, etc., souhaitant mettre en place un nouveau système d’équité sociale. Aujourd’hui suite a une évaluation et analyse de l’activité politique, ils participent à la vie démocratique de leurs pays respectifs.

Le changement des paradigmes et des dogmes nous montrent que la réalité génère les renouvelles théories. L’être humain est un être perfectible, ses théories le sont aussi, ses actions sont leur reflet.

Le Pérou est différent d’il y a 40 ans. Le peuple péruvien a manifesté par le vote électorale et dans les rues pour la défense de l’état de droit et la démocratie.

Le MRTA a accueilli les jeunes à un moment où le mouvement populaire proclamait la révolution sociale. Ceux d’entre nous qui appartenaient au MRTA, supposaient à l’époque que la lutte armée n’était qu’un instrument politique du les circonstances du Pérou, nous avions proposé à l’époque le dialogue national à plusieurs reprises pour la paix.

Après plusieurs décennies des faits, on peut dire que le MRTA a accompli et fermé son étape historique, l’idéologie de l’action libertaire de Tupac Amaru II, le projet socialiste de José Carlos Mariátegui, des luttes du XXe siècle et les revendications des droits des femmes et des minorités, etc., appartiennent aujourd’hui à tous les Péruviens et Péruviennes.

Pour moi, la voie de l’insurrection armée entreprise dans les années 80 a été définitivement fermée, la tâche est de nous intégrer pour contribuer a construire une démocratie, l’équité, l’intégration de la diversité culturelle et des nationalités, le respect de l’identité de genre, la protection de l’environnement, pour défendre la dignité face a la corruption politique, économique et morale du système.

Je souhaite contribuer, selon mes possibilités, avec les autres, à une alternative au néolibéralisme, c’est à dire, nourrir la participation populaire et la démocratie avec des alternatives nouvelles et viables en ce XXIe siècle, en nous impliquant dans le débat des idées, avec la conviction et la recherche d’un consensus, dans lequel les majorités et les minorités sont respectées et traitées avec tolérance.

Les Péruviens et Péruviennes ont le défi d’agir de manière positive pour constructive un Pérou démocratique, libre, juste et souverain. Moi-même, je m’engage et je suis prête à mettre ma meilleure volonté et mon coeur.

https://www.legrandsoir.info/lucero-cumpa-symbole-de-la-resistance-des-femmes-peruviennes.html